Russie Italie

Promis, juré!!

 

Je te promets le miel aux baisers de ma bouche…. Le problème : je suis toujours “dans l’Otan” et je ne suis pas prêt d’en sortir!!

Je considère quil est très important de nous confronter avec un partenaire stratégique comme la Fédération Russe, nécessaire pour déterminer des solutions aux principales crises régionales” : cest ce qua déclaré le premier ministre Conte à la conférence de presse conjointe au terme de la rencontre avec le président Poutine, le 24 octobre à Moscou.

Une question fondamentale:

Une question fondamentale à résoudre -a-t-il souligné– est la crise en Ukraine, qui a mis en discussion les fondements du rapport entre Union européenne et Russie. Mais, malgré la permanence des raisons qui ont conduit aux sanctions européennes, instrument qui doit être dépassé le plus tôt possible, l’état des rapports bilatéraux Italie-Russie est excellent. À la table Italie-Russie siégeait donc, comme invité de pierre, l’”allié privilégié” dans le sillage duquel se place l’Italie. Ainsi est passé sous silence le fait que le 25 octobre -lendemain du jour où à Moscou le premier ministre Conte avait qualifié d’”excellent” l’état des rapports bilatéraux Italie-Russie- les forces armées italiennes commençaient sous commandement USA, avec celles des autres pays Otan, l’exercice de guerre Trident Juncture 2018, dirigé contre la Russie. Exercice dans lequel les commandements et les bases USA/Otan en Italie jouent un rôle de première importance. Passé sous silence aussi le fait que le 25 octobre – lendemain du jour où à Moscou le premier ministre Conte avait défini la Russie comme un “partenaire stratégique”–àBruxelles son gouvernement participait au Conseil Atlantique Nord qui à l’unanimité accusait la Russie, sur la base d’”informations” fournies par les USA, de violer le Traité FNI avec “un comportement déstabilisant pour notre sécurité”.

Article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Site web