La honte de la France

Macron veut ainsi « make France great again ». Il veut que la France redevienne une puissance mondiale de même envergure que les États-Unis. Depuis que Macron a été élu président en mai dernier, son objectif déclaré a été de restaurer la puissance de la France.

Cela a semblé réussir à merveille cette semaine. Macron a été le premier dirigeant international à être accueilli par Trump en visite officielle d’État. La « relation spéciale » britannique avec Washington est passée au second plan ; et la chancelière allemande Angela Merkel, dont la visite suit celle de Macron vendredi, n’aura droit qu’à une réunion de travail d’une journée à la Maison-Blanche. Mais si on laisse de côté les apparences  et qu’on regarde au-delà de cette aimable mise en scène on voit bien que la prétention de Macron de se mettre sur le même plan que Trump en tant que « leaders de la liberté mondiale » est grandement exagérée. La preuve nous en a été administrée lorsque Macron a capitulé devant l’opposition de Trump sur l’accord nucléaire iranien. Sauver cet accord en gardant Trump à bord était censé être la principale mission de Macron à Washington.

La veille de son arrivée, Macron a donné une interview à Fox News et a affirmé qu’il n’y avait « pas de plan B » à l’accord nucléaire iranien signé en 2015 par les États-Unis, la France, la Grande-Bretagne, l’Allemagne, la Russie et la Chine. Macron a été présenté comme le leader européen qui allait persuader Trump de s’en tenir à l’accord nucléaire actuel.

Article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Site web