NATO Secretary General Jens Stoltenberg attends the Rome Mediterranean summit MED 2018 in Rome, Italy November 22, 2018. REUTERS/Max Rossi

 

L’art de prendre les gens pour des cons!!

Les missiles russes sont un danger” : l’alarme est lancée par le Stoltenberg dans une interview au Corriere della Sera, réalisée par Maurizio Caprara“Il n’y a pas de nouveaux missiles en Europe. Mais des missiles russes oui”, déclare en préambule Stoltenberg en taisant deux faits.

Premièrement :  à partir de mars 2020 les États-Unis commenceront à déployer en Italie, Allemagne, Belgique, Pays-Bas (où sont déjà basées les bombes nucléaires B-61), et probablement dans d’autres pays européens, la première bombe nucléaire à guidage de précision de leur arsenal, la B61-12,dans une fonction principalement anti-Russie. La nouvelle bombe est dotée d’une capacité pénétrante pour exploser sous terre, afin de détruire les bunkers des centres de commandement dans une première frappe. Comment les États-Unis réagiraient-ils  si la Russie déployait des bombes nucléaires au Mexique, adossées à leur territoire ?

Comme l’Italie et les autres pays, violant le Traité de non-prolifération, mettent à disposition des USA des bases ainsi que des pilotes et avions pour le déploiement d’armes nucléaires, l’Europe sera exposée à un plus grand risque en tant que première ligne de la confrontation croissante avec la Russie.

Article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Site web